Préparation au séjour


Témoignage

La possibilité de vivre dans un nouveau pays et de rencontrer une foule d'étudiants venant de partout dans le monde; la facilité de voyage et de transport pour les jeunes en Europe; l'énergie et le charme de Paris; la gastronomie française; bref, l'opportunité de vivre la vie à fond en gardant l'esprit ouvert et aventureux!

Ziyi Shi, France, 2011


À faire à l'extérieur de l'UdeM


Passeport et double nationalité

À l’étranger, votre passeport sera un fidèle compagnon. Prenez-en bien soin ! Assurez-vous, quelques mois avant votre grand départ, qu’il n’a pas besoin d’une cure de rajeunissement. La plupart des pays exigent que le passeport soit encore valide au moins six mois après la date de retour.

Pour connaître les documents à fournir, les délais d'obtention ou pour toute autre information, veuillez consulter le site web du Bureau des passeports.

 

Astuce : si vous avez déjà un passeport canadien, vuos pouvez faire une demande de renouvellement simplifiée :

 

Double nationalité

Les étudiants qui possèdent une double nationalité et qui s’apprêtent à séjourner à l’extérieur du Canada sont invités à consulter la publication en ligne 
La double citoyenneté – Ce que les voyageurs doivent savoir, réalisée par les Affaires étrangères Canada.

En cas de perte ou de vol à l’étranger

Communiquez rapidement avec l’ambassade du Canada. Vous devrez probablement aussi signaler rapidement la situation auprès de la police.
Sachez que les procédures de renouvellement seront facilitées si vous présentez une copie de votre passeport et de votre certificat de naissance.

Visa d'étudiant et permis de travail

Pour la VASTE MAJORITÉ des pays, les étudiants doivent obtenir un visa ou un permis d’études. Cette permission de séjour est délivrée au Canada par le consulat ou l’ambassade de votre futur pays d’accueil.

Voici un aperçu des documents que peuvent exiger les consulats :

  • un passeport valide au moins six mois après la date de votre retour
  • des photos de format passeport
  • la lettre d'acceptation de votre établissement d'accueil
  • une attestation des ressources financières confirmant que vous pourrez subvenir à vos besoins durant votre séjour à l'étranger (montant variable selon le pays)
  • un certificat de bonne conduite
  • un examen médical, confié à un médecin désigné par le consulat
  • le formulaire de demande de visa propore au consulat ou à l'ambassade du pays d'accueil
  • une assurance responsabilité civile
  • traduction officielle de documents (moyennant des coûts)
  • une attestation, de la part de l'établissement d'attache, confirmant votre participation en programme d'échanges (cette attestation peut être émise par la Maison internationale, sous présentation de votre lettre d'acceptation de l'établissement d'accueil)
  • etc.

 

 

IMPORTANT : Notez que les délais, les coûts et les exigences diffèrent beaucoup
d’un pays à l’autre. Il est recommandé de communiquer avec l'ambassade ou le consulat concerné au moins douze semaines avant votre départ.

Sachez également que ce ne sont pas tous les pays qui exigent que le visa d'étudiant soit délivré par le consulat. C’est le cas notamment pour les États-Unis, où les documents requis et les procédures à suivre pour franchir la frontière sont fournis
par l’établissement d’accueil.

Ex. de coûts : En date de 2015, le visa australien coûtait environ 550$, celui de la Suède, environ 150$ et celui de la France, environ 130$.

 

 

Permis de travail

Si vous prévoyez travailler à l'étranger, informez-vous auprès du consulat ou de l'ambassade de votre pays d'accueil des possibilités de travail et des modalités à suivre pour obtenir la permission adéquate. Sachez qu'en contractant un emploi rémunéré à l'étranger, vous devrez probablement vous soumettre aux exigences du pays en ce qui a trait à une éventuelle déclaration de revenus.

Questions monétaires

 

Pendant vos préparatifs de voyage, il est important de rédiger les procurations nécessaires. Ces documents autorisent une personne de CONFIANCE à gérer vos affaires personnelles au Canada pendant votre absence.

La personne pourra notamment gérer vos finances. Veuillez noter que plusieurs institutions exigeront une procuration personnalisée à leur service et que vous devrez remplir le formulaire requis. Ex. Banque ou caisse, Registrariat.

Planifier son budget représente souvent un casse-tête, c’est pourquoi il est recommandé de l’établir avant le départ. Voici quelques trucs sachant que vous n’avez sans doute pas un budget illimité :

    • Informez-vous sur le taux de change.
    • Faites des recherches exhaustives sur le coût de la vie de votre pays, voire de votre ville d’accueil (consultez Internet http://www.numbeo.com/cost-of-living/, des anciens participants, le site web de l’université étrangère, etc.).
    • Divisez votre budget en trois catégories :
      • Dépenses prédépart (assurances, billet d’avion, frais de scolarité, vaccins, visa, taxes de départ, etc.)
      • Dépenses à l’étranger (logement, nourriture, transport, voyages, coussin de sécurité, etc.)
      • Dépenses au retour au Québec (premier loyer, première épicerie, etc.)
Utilisez la grille budgétaire créée par la Maison internationale pour calculer votre budget!

 

À NOTER : Les étudiants constatent fréquemment que les premières semaines coûtent plus chères en raison des frais d’installation.

 

Quoi faire avec son argent lorsque vous quittez la province? Quelle est la manière la plus sûre de se procurer des devises étrangères?

 

 

La règle d’or : diversifier vos modes de paiement. Vous pourrez donc partir l’esprit tranquille si vous avez des devises du pays d’accueil, une carte de crédit, une carte de guichet et des chèques de voyage.

  • Devises étrangères

Avant votre départ, procurez-vous une petite quantité de devises du pays d’accueil dans les banques ou les bureaux de change. Si cela se révèle impossible, optez pour des devises américaines. Cet argent vous permettra de payer les taxes d’aéroport, s’il y a lieu, et vous aidera dans vos premiers déplacements.

  • Carte de crédit

À chacune de vos transactions avec votre carte de crédit, vous contractez une dette. Il est donc souhaitable de trouver le meilleur moyen pour réduire vos frais d’utilisation et d’intérêts. Pour ce faire, vous pouvez demander un numéro d’identification personnel (NIP) sur votre carte de crédit.

Un petit truc en deux étapes pour diminuer les frais d’utilisation :

1) Déposez préalablement un montant d’argent sur votre carte de crédit.
2) Retirez ce montant dans un guichet automatique.


Informez-vous directement auprès de votre compagnie de crédit pour plus de renseignements, notamment en ce qui a trait aux montants remboursés en cas de vol ou de perte de la carte.

  • Carte de guichet automatique (débit)

Dans la plupart des pays, votre carte de guichet fonctionnera aisément grâce au service Plus ou Cirrus. Notez que d’importants frais administratifs peuvent être facturés à chacune de vos transactions. Il est donc conseillé d’en faire usage avec parcimonie. Il est possible et souhaitable de demander à son institution bancaire d’obtenir une deuxième copie de sa carte de guichet. Ainsi, en cas de perte, de vol ou de détérioration de votre carte (démagnétisation, par exemple), vous aurez toujours accès à votre argent.

  • Chèques de voyage

Ils représentent un moyen pratique et sécuritaire d’obtenir des fonds à l’étranger. Les chèques de voyage sont offerts dans la plupart des établissements financiers et vous devez les acheter avant votre départ.

Ce mode de paiement est utile pour dépanner et pour les premières dépenses du voyage. Il est important de conserver les numéros de vos chèques de voyage dans un lieu différent des chèques et de laisser ces numéros à une personne de confiance au Québec. En cas de perte ou de vol, vos chèques seront remplacés. Informez-vous auprès de l’institution financière à l’achat des chèques pour les modalités de remplacement.

  • Ouverture d'un compte bancaire

Vous serez sans doute tenté d’ouvrir un compte bancaire à l’étranger, ce qui vous facilitera la vie lors de la location d’un appartement ou de l’installation d’une ligne téléphonique, par exemple. Prenez en considération, entre autres :

    • les frais d’ouverture et de fermeture du dossier
    • les frais administratifs mensuels
    • l’offre de crédit
    • les possibilités d’ouvrir un compte pour une courte période de temps (moins d’un an)
    • les conditions pour obtenir une carte de débit ou crédit

Il est conseillé de visiter plusieurs banques pour connaître les taux et
les conditions qui peuvent se révéler très différentes d’une succursale à l’autre.

 

Déclaration de revenus (impôts fédéral et provincial)

Si vous êtes à l'étranger à la période des déclarations de revenus, assurez-vous de déterminer la personne qui complétera votre déclaration. Il vous faudra également vous assurer que les documents relatifs à votre déclaration seront envoyés à une adresse valide : pensez à prévenir votre employeur et l'université de votre changement d'adresse. Un séjour à l'étranger ne vous dispense malheureusement pas de cette tâche.

Sachez que la bourse de mobilité doit faire partie de votre déclaration de revenus. Vous devriez d'ailleurs recevoir un relevé relatif à l'obtention de cette bourse à l'adresse au domicile indiquée dans votre centre étudiant. 

Santé

Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ)

Les étudiants partant pour une période de plus de six mois dans l'année civile
(du 1er janvier au 31 décembre) doivent aviser la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) qu’ils séjourneront à l’extérieur du Québec et fournir la preuve qu’ils sont inscrits à temps plein pendant cette période.

Régie de l’assurance maladie du Québec
425, boul. de Maisonneuve Ouest, 3e étage, bureau 300
Tél. : 514 864-3411 ou 1 800 561-9749

Soyez avisé que :

  • la RAMQ n’offre pas de couverture complète et ne rembourse qu’une partie des coûts contractés à l’étranger;
  • les services médicaux et les frais d’hospitalisation sont souvent très chers à l’étranger;
  • l’accessibilité aux services médicaux est généralement soumise à une garantie de remboursement (argent comptant ou preuve d’assurance maladie complémentaire privée).

 

Assurance médicale complémentaire

Il est essentiel de vous procurer une assurance médicale complémentaire à la couverture de la RAMQ.

Prenez le temps de lire attentivement les clauses de la police d’assurance médicale complémentaire avant de l’acheter pour éviter de mauvaises surprises. De plus, vérifiez si vous êtes déjà assuré par l’intermédiaire de vos parents ou de la FAÉCUM et, si oui, prenez connaissance des détails de la couverture.

Voici quelques questions pertinentes à se poser au sujet des assurances :

  • Pouvez-vous obtenir une brochure qui explique clairement les détails de la couverture d’assurance en cas de maladie (incluant les limites, les exclusions et le montant de la couverture) ainsi que les modalités à suivre pour faire une réclamation?
  • La compagnie possède-t-elle un service à la clientèle (numéro 1 800) en français, ouvert 7 jours sur 7, 24 heures sur 24?
  • Quelles sont les dates exactes de la période pendant laquelle vous serez couvert?
  • En cas de besoin, pouvez-vous prolonger votre assurance à partir de l’étranger?
  • L’assurance couvre-t-elle le rapatriement d’urgence au Canada?
  • L’assurance vous couvrira-t-elle à la fin de votre séjour d’études si vous prévoyez faire du tourisme et que vous n’êtes plus nécessairement considéré comme étudiant?
  • Les frais d’hospitalisation et autres frais médicaux sont-ils payés directement par la compagnie d’assurances ou devez-vous faire le paiement et demander un remboursement par la suite (si tel est le cas, quelles doivent être les pièces justificatives à fournir et combien de temps devez-vous compter avant d’être remboursé)?
  • Devez-vous aviser la compagnie d’assurances avant d’obtenir des soins médicaux?
  • La compagnie d’assurances exige-t-elle que la facture des soins reçus soit en français ou en anglais et en dollars canadiens?
  • La compagnie est-elle disposée à verser une avance de fonds à l’hôpital si celui-ci l’exige?
  • L’assurance couvre-t-elle les maladies ou les infections préexistantes?
  • L’assurance couvre-t-elle les coûts reliés à un décès à l’étranger, y compris le rapatriement de la dépouille au Canada?

Assurez-vous que la compagnie peut délivrer une preuve que vous êtes assuré; ce document pourrait être exigé par les services médicaux et par l'université d'accueil, entre autres.

 

Sachez également que vous pourrez très probablement acheter une assurance médicale complémentaire à l'étranger pour des activités ponctuelles qui seraient exclues par votre assureur avant de partir. Informez-vous sur place!

 

 

Entente intergouvernementale en matière de santé

Si vous vous envolez pour la France, la Belgique, le Danemark, la Finlande,
la Grèce, le Portugal, la Norvège ou la Suède, sachez qu’il existe une entente intergouvernementale en matière de santé. Vous trouverez les formulaires requis à la Maison internationale.

Si vous prévoyez séjourner en France, consultez le Protocole d'entente en matière de sécurité sociale Québec-France. IMPORTANT: vous devrez faire signer ce document par la Maison internationale.

 

Cliniques santé-voyage

Informez-vous sur les précautions à prendre en matière de santé dans le pays d’accueil, par exemple, auprès d’une clinique santé-voyage.

  • Vous trouverez de l’information sur la santé à l’intention des voyageurs et les adresses des cliniques santé-voyage sur le site web de Santé Canada, sous la rubrique Information sur la santé à l’intention des voyageurs.
  • Le Centre de santé et de consultation psychologique de l’UdeM offre un service de vaccination santé-voyage. Renseignez-vous!

Lors de votre visite à la clinique santé-voyage, profitez-en pour demander la vaccination recommandée dans votre pays d’accueil. Dans tous les cas, il est souvent plus sécuritaire d’être à jour avec les vaccins de routine comme le tétanos. Il est bon de consulter un médecin au moins six à huit semaines avant votre départ afin que les vaccins requis aient le temps d’agir.

Pour les étudiants qui ont opté pour une destination tropicale, vous avez avantage à demander de la documentation sur les maladies spécifiques à ces pays (par exemple, la diarrhée du voyageur, la malaria, etc.) et de vous assurer de prendre les précautions requises.

 

Médicaments personnels

Voici quelques conseils pratiques :

  • Si vous devez prendre des médicaments, assurez-vous d’en avoir une quantité suffisante pour tout le voyage. Attention! Les noms de médicaments peuvent différer d’un pays à un autre. Si vous devez en acheter sur place, renseignez-vous auprès de votre médecin avant votre départ.
  • Utilisez des contenants d’origine et apportez une copie de l’ordonnance du médecin.
  • Placez vos réserves de médicaments dans des sacs de voyage différents, de façon à ne pas être pris au dépourvu si vos bagages sont égarés par la compagnie aérienne ou volés.
  • Si un médecin vous conseille d’apporter des seringues stériles en cas d’urgences, il est bon d’y adjoindre un certificat médical à l’intention du personnel qualifié qui devra intervenir.

Pensez aussi à :

  • Passer un examen médical complet.
  • Consulter votre dentiste.
  • Préparer une trousse de premiers soins (voir Médicaments importants à apporter)
  • Garder sur vous de l'information écrite dans la langue du pays sur vos besoins médicaux particuliers (allergies graves, diabète, etc.), le cas échéant.
  • Consulter d'autres adresses utiles concertant la santé.

 

 

Astuce : Certains médicaments peuvent être illégaux à l’étranger; votre compagnie d’assurances complémentaires saura vous renseigner à ce sujet.

 

 

Vaccins et maladies tropicales

Si vous partez dans une région tropicale ou dans un pays en développement, informez-vous auprès d'un médecin sur les précautions à prendre en matière de santé et sur la vaccination nécessaire. Il est conseillé de rencontrer un médecin au moins six à huit semaines avant le départ, afin de connaître la vaccination recommandée et de lui laisser le temps d’agir.

Selon les destinations, et surtout si les conditions sanitaires laissent à désirer, votre médecin pourra vous suggérer de recevoir certains vaccins spécifiques (encéphalite japonaise, encéphalite européenne à tiques, fièvre typhoïde, fièvre jaune, hépatite A et B, méningite, rage).

Dans tous les cas, il est souvent plus sécuritaire d’être aussi à jour avec les vaccins de routine, entre autres, contre la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, la polio, la rougeole, la rubéole et les oreillons.

ATTENTION : Même si vous avez déjà reçu la vaccination d’usage, il se peut que le vaccin ne soit plus actif. Vérifiez auprès de votre clinique santé-voyage.

• Vous trouverez les adresses des cliniques de santé voyage sur le site de Santé Canada.

Avez-vous déjà entendu parler du paludisme?

http://www.phac-aspc.gc.ca/media/advisories_avis/mal_faq-fra.php

Et que faire quand on attrape la « tourista »?

http://voyage.gc.ca/voyager/sante-securite/maladies/diarrhee

Pourquoi transporter ses seringues?

Dans certains pays, il peut être utile d’avoir ses propres seringues pour s’assurer de leur stérilisation et ainsi éviter les risques de contamination. Dans plusieurs endroits, il y a des problèmes importants de transmission de maladies telles que l’Hépatite B et le sida. Il peut donc s’avérer très important d’avoir ses propres seringues si vous nécessitez un vaccin, une perfusion ou encore une prise de sang.


Si un médecin vous conseille d'apporter des seringues stériles en cas d’urgence, il est bon d'y adjoindre un certificat médical à l’intention du personnel qualifié qui devra intervenir. Vous avez tout avantage à détenir ce document dans la langue du pays d’accueil lorsque cela est possible ou du moins en anglais pour éviter tout problème avec les douaniers. Informez-vous auprès de la compagnie aérienne des moyens acceptés pour le transport de vos seringues.

SOURCES : www.santevoyage.gc.ca 

 

Autres renseignements utiles

Avant de partir, il est pertinent de prendre un peu de recul face à l'expérience que vous allez vivre dans les prochains mois et d'effectuer une introspection sur votre état de santé, tant physique que psychologique.

Une expérience d'échange est sans aucun doute enrichissante et formatrice, mais elle n'effacera pas par magie tous les soucis qui peuvent faire partie de votre vie avant le départ. Étudier à l'étranger représente de grands changements au niveau du mode de vie et de l'environnement immédiat, il est donc important d'être conscient de son état de santé émotif et physique au moment du départ.

Logement

 

Résidences universitaires

Il s’agit souvent de l’option la moins coûteuse. Les résidences universitaires permettent de rencontrer beaucoup d’étudiants en provenance des quatre coins de la planète et d’avoir une vie sociale bien active. Des activités et des services (laveuses, sécheuses, salle de télévision, accès Internet, etc.) sont souvent offerts.

Malheureusement, ce ne sont pas toutes les universités qui disposent de ce type de logement. Il faudra alors songer à une autre option.

 

À NOTER

Il se peut qu’une location à court terme en résidence (une session) soit plus difficile. De plus, il ne faut pas considérer réserver une chambre en résidence pour avoir un pied à terre pour l’arrivée et déménager par la suite; de plus en plus d’établissements imposent de fortes pénalités pour éviter cette situation.

 

Renseignez-vous bien sur la localisation des résidences; elles peuvent être situées loin du centre-ville ou de votre pavillon d’études. Vérifiez également l’accessibilité en transport en commun.

Dans certains pays comme l’Espagne, il peut curieusement s’avérer plus coûteux d’habiter en résidences que de louer une chambre chez l’habitant ou de vivre en colocation. Cela s’explique par le fait que certaines résidences offrent plusieurs services (cafétéria, buanderie, salle de télévision, gym, etc.).

Logement en famille d'accueil

Il s’agit d’une option intéressante si vous cherchez une immersion linguistique et que vous désirez vous imprégner rapidement de la culture locale.

Cette option inclut souvent les repas et des veillées familiales chaleureuses. Les règles de la famille peuvent être plus ou moins strictes. Avant de vous engager, évaluez le degré d’intimité que vous réserve la famille d’accueil (salle de bain, accès à la cuisine, entrée séparée, clés, etc.).

Certaines universités mettent à votre disposition des répertoires de familles d’accueil. Il existe aussi des agences de placement en famille, mais assurez-vous du sérieux et de la qualité de l’agence choisie avant de payer une caution.

Il est important de savoir que cette option peut parfois se révéler plus chère qu'un autre type de logement.

Colocation

La vie en colocation rime souvent avec une vie sociale épanouie et prévient de l'isolement initial d'un séjour à l’étranger. La colocation avec au moins une personne du pays est un bon choix pour assurer un progrès linguistique ou pour plonger dans la culture du pays d'accueil.

Il faut savoir que la colocation nécessite parfois des ajustements : partage déséquilibré des tâches ménagères, bruit, visite des amis des colocataires, etc. Toutes les personnalités ne sont pas compatibles avec ce genre de vie.

Certaines universités disposent d’un service de logement hors campus où vous pouvez consulter des offres de colocation. Lisez aussi les journaux locaux, visitez des sites web spécialisés et profitez du bouche à oreille.

Appartement, studio ou chambre

Cette option est particulièrement intéressante pour les étudiants qui partent en couple ou avec des amis. Cependant, c'est aussi généralement assez coûteux et la vie en appartement ou en chambre ne favorise pas toujours les contacts sociaux.

La recherche d’un appartement ou d’une chambre est identique à la recherche d’une colocation. Certaines universités disposent d’un service de logement hors campus où vous pouvez consulter des offres d’appartements ou de chambres à louer. Consultez aussi les journaux locaux et des sites web spécialisés et usez du bouche à oreille.

Signature d'un bail

La signature d’un bail à l’étranger impose certainement des règles différentes de celles que l’on connaît au Québec. Prenez-en connaissance avant de signer tout document. Les gens de votre pays d’accueil pourront certainement vous éclairer sur le sujet. Voici quelques aspects utiles à considérer :

  • Avez-vous bien comparé les avantages de ce logement à ceux des autres que vous avez visités?
  • Avez-vous bien vérifié les services inclus dans le prix du loyer?
  • Avez-vous fait une visite approfondie des lieux pour bien noter les imperfections sur le bail, de manière à ce que le propriétaire ne vous en rende pas responsable lorsque vous quitterez?
  • Pouvez-vous vous permettre le prix du loyer demandé?
  • Si vous déposez une caution, quelles sont les modalités pour la récupérer et que représente-t-elle (1, 2, 3 mois de loyer) ?
  • Si vous devez quitter votre appartement plus tôt que prévu, dans quels délais devez-vous en informer le propriétaire ? Si ce délai est respecté, quelle portion de la caution pouvez-vous récupérer (dans certains pays c’est 100 %, d’autres 50 %)?
  • Que se passe-t-il dans le cas d’un bris de matériel? Qui est responsable d’en assurer les frais?
  • Avez-vous le droit d’héberger des gens et si oui pendant combien de temps? Cela engendre-t-il des coûts supplémentaires?
  • Avez-vous le droit d’acheter des meubles supplémentaires (si vous louez un appartement meublé)?

 

Quelques démarches à suivre avant de signer un bail :

  • Il est recommandé de signer un contrat pour vous protéger des conflits possibles avec le propriétaire et/ou les colocataires.
  • Vérifiez le nombre de paiements que vous devez effectuer lors de la signature du contrat et les modalités par rapport au paiement mensuel (date et montant du paiement, chèque ou argent comptant, est-il exigé que vous payiez d’avance les trois premiers mois de loyer et est-ce normal, etc.).
  • N'oubliez pas de bien lire toutes les clauses du contrat (surtout celles écrites en tout petits caractères, ce sont souvent les plus importantes!) et de discuter avec le propriétaire de ce qu'elles impliquent.

 

Astuce : Prenez des photos de votre appartement dès votre arrivée et conservez ces preuves jusqu'à votre départ afin d'éviter d'éventuelles poursuites.

 

Recherche de logement


Souhaitez-vous trouver un logement avant votre départ?

  • Pensez à discuter avec des étudiants ou des professeurs qui ont une bonne connaissance de la ville et de votre université d’accueil pour éviter d’être déçu de l’emplacement de votre éventuel logement.
  • Sachez que si vous louez votre logement avant votre départ, il sera difficile d’obtenir une garantie de sa salubrité et de savoir à distance s’il vous conviendra : emplacement géographique, aménagement de l’appartement (décoration, lumière, voisins, etc.). De plus, il est fréquemment demandé de verser une caution à partir du Canada.
  • Assurez-vous de bien connaître les modalités de réservation d’une chambre en résidence universitaire et de respecter les délais prescrits.
  • Consultez les évaluations du séjour à l’étranger des anciens participants qui se trouvent au centre de documentation de la Maison internationale.
  • Demandez des conseils directement aux anciens participants qui ont déjà habité votre pays d'accueil (la Maison internationale a leurs coordonnées qu’elle peut mettre à votre disposition).

Avez-vous l’intention de chercher un logement sur place?

  • N’oubliez pas de réserver une chambre dans un hôtel ou dans une auberge de jeunesse pour les premières nuits.
  • Prévoyez de rester une, deux ou trois semaines dans un logement provisoire avant de trouver une chambre ou un appartement.
  • Pensez qu’il faudra consacrer, dès votre arrivée, du temps et une bonne dose d’énergie pour la recherche de logement.

 

Voici quelques autres pistes à explorer :

  • Demandez des conseils à l'ambassade ou au consulat de votre pays d'accueil.
  • Consultez les journaux en ligne de votre future ville d'accueil.
  • Visitez les divers forums sur Internet, dont celui de Lonely Planet.
  • Informez-vous des coutumes de votre pays : dans certains endroits, les logements sont affichés dans les petits commerces; dans d'autres, le bouche à oreille peut faire des miracles, etc.
  • Vérifiez s'il existe des associations canadiennes ou québécoises dans votre ville d'accueil. Peut-être pourront-ils vous diriger vers de bonnes pistes de logement.

 

 

À NOTER :

  • Il existe des agences de placement qui proposent de chercher un logement à votre place moyennant des frais. Toutefois, il faut être prudent et bien se renseigner du sérieux de ces organisations; certaines agences malhonnêtes ne donneront aucun résultat et vous perdrez du temps et de l’argent. Les universités devraient être en mesure de vous recommander des agences reconnues.

Bagages

Déterminer le contenu de vos bagages peut être source de stress. Voici quelques suggestions :

Adaptateur et convertisseur de courant

Plusieurs pays n'ont pas les mêmes prises de courant ni la même tension électrique qu'ici. Il faut alors utiliser un adaptateur et un convertisseur de courant pour éviter d'endommager vos appareils. Un petit investissement qui en vaudra la peine !

Musique

Quoi de mieux que de la bonne musique québécoise pour charmer vos futurs amis! Faites une compilation de vos chansons préférées; c'est aussi une bonne façon de vaincre le mal du pays.

Ordinateur portable

Des étudiants choisissent d'apporter leur ordinateur portable, puisque l'accès aux ordinateurs n'est pas toujours facile hors des frontières canadiennes. Cela permet aussi de conserver avec soi ses projets scolaires réalisés précédemment. Il faut donc bien s'assurer de la compatibilité de son portable avec le système électrique étranger.

Pensez à vous munir de votre clé USB et à laisser une copie de sauvegarde de votre disque dur au Québec.

Vêtements

Informez-vous bien du climat de votre pays hôte pour déterminer les types de vêtements appropriés à votre séjour : il pourrait faire plus froid que prévu. De plus, si le code vestimentaire est différent du Québec, mieux vaut s'en enquérir avant le départ pour avoir une garde-robe adéquate.

Autres éléments utiles :

  • Petit sac de couchage
  • Cadenas, mousquetons, gourde
  • Serviette qui sèche rapidement
  • Nourriture québécoise (sauce à poutine en sachet, produit de l'érable, beurre d'arachide, etc.)
  • Petit sac de voyage/sac à dos (pour éviter d'enregistrer un bagage en soute lors de courts voyages).

 

Conseils pratiques

 

  • Informez-vous auprès de votre transporteur aérien des objets que vous ne pouvez pas transporter en cabine.
  • Choisissez des bagages robustes pour le transport aérien.
  • Vérifiez auprès de la compagnie aérienne le poids et le nombre de valises maximum permis pour éviter de payer des frais supplémentaires.
  • Identifiez vos bagages.
  • Gardez vous de la place lorsque vous faites vos valises pour les souvenirs du retour !
  • Si vous utilisez un transporteur aérien à l'intérieur du pays, vérifiez bien la limite permise pour le poids des bagages. Envoyez l'excédent de vos bagages par la poste : il s'agit d'un coût moindre que celui chargé par les compagnies aériennes.

 

 

Astuce : Vous pouvez enregistrer certains articles de vos bagages (ordinateur portable, appareil photo, etc.) à l'aéroport avant de prendre l'avion afin que les douaniers sachent qu'ils n'ont pas été acquis à l'étranger. De cette manière, vous éviterez de payer les taxes qu'on impose normalement aux achats faits à l'étranger!

Médicaments importants à apporter

Quelques suggestions de médicaments de base :

Médicaments personnels sur ordonnance (avec les noms latins)
Acétaminophène
Analgésique 
Antiacide 
Antibiotique général 
Antidiarrhéique 
Antihistaminique
Antinauséeux
Antiseptique 
Collyre (goutte) pour les yeux
Compresses stériles

Cotons–tiges
Désinfectant
Décongestionnant nasal

Diachylons
Ibuprofène

Pommade antimoustique 
Vitamines 

Quelques suggestions pour compléter votre trousse de médicaments :

Condoms
Crème solaire 
Nécessaire pour les lentilles cornéennes ou lunettes de rechange (avec prescription) 
Pilules contraceptives en surplus
Pince à épiler 
Pommade, bandages et ciseaux 
Thermomètre

 

ATTENTION : Pour les régions plus isolées, consultez une clinique santé-voyage pour obtenir une liste exhaustive de médicaments à apporter selon vos besoins.

Coordonnées et documents importants

 

 

 

Coordonnées et documents à apporter à l'étranger

  • un passeport valide jusqu’à six mois après la date de votre retour
  • deux photocopies de votre passeport et de votre visa*
  • des photos supplémentaires de type passeport
  • l’original et une copie de la lettre d’acceptation de l’université d’accueil
  • un double de la demande de participation au programme d’échanges d’étudiants (en particulier le contrat d'études préliminaires)
  • la correspondance échangée avec l’université d’accueil
  • les coordonnées d’un proche à rejoindre en cas d’urgence*
  • l’original et une photocopie de votre carte d’assurance maladie du Québec
  • l’original et une photocopie de la preuve d’assurance complémentaire*
  • l’original et une photocopie de la preuve de « protection sociale » pour les pays concernés (France, Belgique, Danemark, Finlande, Grèce, Luxembourg, Portugal, Norvège, Suède)
  • une photocopie de votre carnet de vaccination
  • les numéros de vos chèques de voyage
  • une photocopie de votre titre de transport
  • une copie certifiée conforme de votre certificat de naissance
  • une carte de guichet automatique supplémentaire
  • les numéros de téléphone de votre compagnie aérienne
  • les coordonnées de la Maison internationale et de votre département, faculté ou école de l'UdeM
  • les coordonnées de l'ambassade ou du consulat canadien le plus proche de votre ville d'accueil*
  • les numéros de téléphone gratuits des institutions financières avec lesquelles vous avez des cartes de débit ou de crédit, en cas de perte ou de vol (Master Card / Visa)
  • les coordonnées des Affaires étrangères Canada à Ottawa (en cas d'urgence à l'étranger, vous pouvez appeler à frais virés le Centre des opérations d'urgence des Affaires étrangères Canada au 613 996-8885 – service 24 heures sur 24, 7 jours par semaine)*
  • la carte téléphonique d'urgence de la Maison internationale, 514-343-7111

* Coordonnées et documents à garder toujours sur vous à l’étranger

 

Astuce : Il peut être utile de vous faire parvenir, via Internet, à votre propre courriel, les coordonnées les plus importantes, mais pas vos NIP, numéros de cartes de crédits ou de guichets.

 

Coordonnées et documents à laisser à la maison, au Québec

  • une photocopie de tous les documents mentionnés dans l'onglet voisin
  • une photocopie de votre carte de crédit
  • vos coordonnées à l'étranger
  • une procuration pour permettre à un proche de gérer vos affaires pendant votre absence
  • une photocopie du titre de transport (billet d'avion, de train, etc.)
  • l'itinéraire de votre voyage
  • les coordonnées de la Maison internationale
  • les coordonnées de l'ambassade ou du consulat canadien le plus proche de votre ville d’accueil
  • le numéro de téléphone d'urgence de l'UdeM

Cartes d'identité internationale

Cartes ISIC (Carte d'identité internationale des étudiants)

La carte ISIC est la seule carte d’identité étudiante reconnue partout à l’étranger. Elle vous donne accès aux réductions pour les étudiants dans les différents pays que vous visitez. La carte comprend en plus des réductions réservées aux détenteurs de la carte ISIC : transports (trains, avions), tarifs téléphoniques internationaux, hôtels, musées, cinémas, théâtres, centres Internet, bars, cafés, restaurants, etc. Les réductions diffèrent d’un pays à l'autre.

Pour l’obtenir, rendez vous sur le site de ISIC Canada sur lequel vous trouverez les instructions pour obtenir votre carte en ligne. Il vous faudra fournir une attestation prouvant que vous êtes étudiant à temps plein et une photo. Vous trouverez également les prix et les modalités.

Carte HI (Carte internationale des auberges de jeunesse)

Cette carte est obligatoire pour les personnes qui veulent séjourner dans des auberges de jeunesse. Elle est acceptée à travers le monde dans les établissements faisant partie du réseau Hostelling International et est valide pour deux ans. Elle donne également accès à une foule de rabais à l’étranger, comme au Québec (cafés, musées, activités sportives, activités touristiques, etc.).

Elle est disponible au Mountain Equipment Coop ou en ligne. Pour plus de détails, visitez leur site web.

Permis de conduire international

Pour la plupart des pays, vous devrez vous procurer un permis de conduire international. Vous pouvez acheter la traduction officielle de votre habilité à conduire dans les bureaux du Club automobile CAA-Québec. Pour plus de détails, visitez leur site web.

Échéancier

Un aperçu des choses à faire...

 

6 mois et plus avant mon départ

La culture du pays d'accueil

  • M'informer sur mon pays d'accueil, tant au niveau culturel, scolaire, administratif, que de la santé, de la sécurité, etc.
  • Analyser mon niveau de langue : est-il assez élevé? Dois-je prendre des cours de perfectionnement?
  • Me questionner sur mon futur logement : quel type me convient le mieux? Quand et comment dois-je commencer mes démarches? Est-ce que je peux réserver un logement temporaire?
  • Réservation d'un logement temporaire.

 

4 mois avant mon départ

Le côté pratique

  • Penser aux détails pratiques de mon séjour : billets d'avion, visa d'études, assurance, travail à l'étranger, passeport, vaccins, etc.
  • Contacter l'ambassade ou le consulat de mon pays d'accueil pour connaître le type de visa requis et les modalités pour l'obtenir.
  • Faire un budget : comment vais-je y arriver? Utilisez notre grille budgétaire!

 

3 mois avant mon départ

La santé

  • Consulter un médecin, un dentiste, un optométriste et un gynécologue.
  • Aller à la Clinique santé-voyage et m'informer de la vaccination nécessaire.
  • Acheter des médicaments personnels et obtenir le renouvellement de mes prescriptions.
  • Faire le point sur mes objectifs de participation au programme d'échanges.
  • Faire une réflexion sur mon état de santé, tant physique que psychologique.
  • Contacter la RAMQ pour les aviser de mon départ.

 

2 mois avant mon départ

L'argent

  • Penser à mon budget : comment vais-je gérer mon argent à l'étranger? Dois-je me procurer une nouvelle carte de crédit ou de débit? Comment faire mettre des NIP sur mes cartes? Est-ce que j'ai besoin de devises étrangères?
  • Demander de l'aide financière aux études.
  • Faire une procuration pour désigner une personne qui s'occupera de l'aspect financier durant mon séjour.
  • Réserver un logement temporaire dans mon pays d'accueil.

 

1 mois avant mon départ

La vie scolaire

  • Régler mes dossiers à l'Université de Montréal (bourse de mobilité (s'il y a lieu), fiche d'identification personnelle, bureau du Registraire).
  • Vérifier mon inscription en programme d'échanges d'étudiants sur le centre étudiant.
  • Noter les coordonnées du responsable des échanges de mon unité académique.
  • Laisser une photocopie des documents importants à quelqu'un au Québec.
  • Acheter un guide de voyage et mes cartes ISIC et Hostelling international.
  • M'informer sur la culture et l'actualité de mon pays d'accueil.

 

1 semaine avant mon départ

Les derniers préparatifs

  • Préparer mes bagages pour vérifier qu'ils ne pèsent pas plus que le poids permis.
  • Faire les derniers achats essentiels.
  • Vérifier les avertissements de sécurité émis par les Affaires étrangères du Canada pour mon pays d'accueil.
  • M'inscrire au registre des Canadiens à l'étranger des Affaires étrangères du Canada.
  • Passer du temps avec mes proches.

Dès mon arrivée

  • M'inscrire au registre des étrangers de mon pays d'accueil.
  • Contacter le bureau international de mon établissement d'accueil et assister aux séances d'orientation.
  • Prendre connaissance des numéros d'urgence et identifier l'hôpital le plus près de mon lieu de résidence.
  • M'inscrire à mon université d'accueil et faire valider mon contrat d'études final par le responsable des échanges de mon unité académique de l'UdeM.

1 mois après mon arrivée à l'étranger

  • Date limite pour effectuer une modification d'inscription (voir onglet Choix de cours à l'établissement d'accueil).
  • Payer mes droits de scolarité à l'UdeM.
  • Produire ma déclaration de revenus (si nécessaire).
  • Envoyer ma preuve d'inscription à la Maison internationale.
  • Régler les démarches administratives relatives à un visa d'étudiant.

Au début de la deuxième session

  • Envoyer ma preuve d'inscription à la Maison internationale.
  • Faire valider mon contrat d'études final pour ma seconde session par le responsable des échanges de mon unité académique de l'UdeM.
  • Date limite pour effectuer une modification d'inscription (un mois après le début des cours).

Quelques semaines avant la fin de mes cours et examens

  • Prendre un arrangement avec mon université d'accueil concernant mon relevé de notes.
  • Recueillir des documents pour la Maison internationale qui pourraient être utiles pour les futurs participants.
  • Remplir le formulaire d'évaluation de la Maison internationale.
  • Payer les frais en attente (retard à la bibliothèque, accès au centre sportif, etc.) à mon université d'accueil.